Les ruines de l’eglise romane de St Theoffrey

/ The ruins of the Romanesque church of St Theoffrey

La paroisse de Saint-Théoffrey prend son origine à une époque fort reculée. Vers l’an 1100, elle est mentionnée, avec son église, située aux Berlioux, dans plusieurs documents, sous le vocable de Notre-Dame. En 1375, elle faisait partie des biens de Guigues Alleman, seigneur de Valbonnais, de qui elle passa à Guy, fils de ce dernier, seigneur de Champ. Elle appartint ensuite à Henri Alleman, seigneur d’Allières.
Si l’on devait en croire une vieille tradition populaire, il y aurait eu, jadis, dans cette paroisse, un monastère — un couvent de Bénédictins — ayant été un lieu de pèlerinages importants et dont les restes disparurent à la Révolution. En fort mauvais état au début du XVe siècle, l’église fut restaurée et transformée, puis placée sous un nouveau vocable : celui de Saint-Théoffrey, martyr, second abbé du monastère de Carmery, fondé en 570, à quelques lieues du Puy-en-Velay, sous la règle de Saint-Benoît de Nursie.
En 1514, elle se trouva dotée d’une cloche, offerte par Jeanne de Saint-Priest, alliée aux Allemon d’Uriage. Cette cloche, qui portait les armes des Richard de Saint-Priest, ” d’azur à trois quinte-feuilles d’argent “. L’egilse fut restaurée pour la dernière fois entre 1844 et 1852, grâce au curé Joseph Bard, mais sa situation reculée et les siècles ont eu raison de cette édifice remarquable. La cloche devait être refondue en 1873, aux noms d’Antoine et Claire Teyssier-Palerme de Savy, ses derniers parrains, pour être logée dans le clocher de la nouvelle église paroissiale des Gonthéaumes, alors que le vieux monument était désaffecté.
L’angle nord-est du clocheton s’écroula en février 1954 ; son côté est, en 1955. En septembre 1957, ce qui en restait, devenant dangereux, fut abattu, à l’exception des deux angles ouest que l’on laissa subsister à faible hauteur, de façon à garder à la ruine une certaine symétrie
On peux voir actuellement les vestiges de l’Eglise Romane, aux cotés de l’ancienne maison paroissiale, réhabilitée par les famille Poncet et Pothieu, toujours propriétaires
Au coté droit de l’église des Gonthéaumes, l’autel — de marbre rose — était à son tour déposé. L’autel primitif, celui de Notre-Dame, constitué par une simple dalle de calcaire, se trouve de nos jours dans la cour de l’ancienne cure.

The parish of Saint-Théoffrey originated in a very remote period. Around the year 1100, it is mentioned, with its church in Les Berlioux, in several documents, under the name of Notre-Dame. In 1375, it was part of the estate of Guigues Alleman, lord of Valbonnais, from whom it passed to Guy, son of the latter, lord of Champ. It then belonged to Henri Alleman, lord of Allières.
If we were to believe an old popular tradition, there would have been a monastery in this parish – a convent of Benedictines – which was a place of important pilgrimages and whose remains disappeared during the Revolution. In a very bad state at the beginning of the 15th century, the church was restored and transformed, then placed under a new name: Saint-Théoffrey, martyr, second abbot of the Carmery monastery, founded in 570, a few leagues from Puy-en-Velay, under the rule of Saint-Benoît de Nursie.
In 1514, it was equipped with a bell, donated by Jeanne de Saint-Priest, allied to the Germans of Uriage. This bell, which bore the arms of the Richard de Saint-Priest,” d’ azur à trois quintefeuilles d’ argent “. The egilse was restored for the last time between 1844 and 1852, thanks to the parish priest Joseph Bard, but its remote location and centuries were the reason for this remarkable building. The bell was to be remelted in 1873, with the names of Antoine and Claire Teyssier-Palerme de Savy, his last godfathers, to be housed in the bell tower of the new parish church of Gonthéaumes, while the old monument was abandoned.
The north-east corner of the bell collapsed in February 1954; the east side of the bell collapsed in 1955. In September 1957, what remained of it, becoming dangerous, was shot down, except for the two western corners which were left at a low height, so as to keep some symmetry in the ruins.
The remains of the Romanesque church can now be seen next to the old parish house, restored by the Poncet and Pothieu families, who still own the house.
On the right side of the Gonthéaumes church, the altar – made of pink marble – was in turn laid down. The primitive altar, the one of Notre-Dame, made up of a simple slab of limestone, is nowadays in the courtyard of the old church.


Vue des ruines de l’eglise/View of the ruins of the church

Vue de l’intérieur/View from inside

Fiche technique / Datasheet
Ruine église de St Theoffrey
Village / Village : Saint Theoffrey
Nom du lieu / Name of place :
Accessible / Availability : Oui/Yes
Commentaires / Comments :
Coordonnées lat / Lat coordinates : 44.9847222
Coordonnées lon / Lon coordinates : 5.7666667

Galerie photos / Photo gallery

Waypoints

Trace

Accessibilité / Accesibility
handicap

Plan situation Google Maps / Location Map Google Maps