Le razzier de Versenat

Patrimoine minier

Une mine est un gisement exploité de matériaux (par exemple d’or, de charbon, de cuivre, de diamants, de fer, de sel, d’uranium, etc.).
Elle peut être à ciel ouvert ou souterraine. Dans les années 1980, environ 20 milliards de tonnes de matériaux étaient extraits annuellement des seules mines à ciel ouvert dans le monde dont plus de la moitié des minerais1 alors que plus de six milliards de tonnes de charbon, 1,6 milliard de tonnes de minerai de fer, 190 millions de tonnes de minerai d’aluminium sont présumés extraits du sous-sol par des galeries et puits au début du xxie siècle.
La distinction entre mine et carrière tient à la nature du matériau extrait (stratégique ou précieux pour la mine, de moindre valeur pour la carrière) ; en France, c’est le code minier qui définit cela.

De nos jours, le razzier de Versenat disparaît lentement, la foret le recouvrant de plus en plus. Il y a quelques années, on pouvait encore facilement le distinguer dans le paysage. Composé de déblais de schiste issu du puits du Villaret (1), sa couleur noire tranchait sur le fond vert du paysage. En passant sur la route Napoléon, on voyait bien cette zone noirâtre et dépourvue de végétation.
Le puits du Villaret fût creusé en 1948 pour extraire le charbon mais aussi les stériles qu’il fallut stocker.
La décision est alors prise de mettre ceux-ci au lieu dit “les Combes du Villaret”. Pour cela un télébenne est construit (2) pour transporter le stérile depuis l’usine du Villaret.
Le train de transport des matériaux (3) pour le remblayage hydraulique avait cessé de fonctionner.
Le choix de déposer les stériles dans cette zone ne doit rien au hasard. La voie de chemin de fer circulant le long de la pente présente l’avantage de pouvoir faire un déversement de manière simple. La voie étant longue de 350 mètres cela permet une dépose de grandes quantités de stériles. D’autre part cela présentait un avantage économique non négligeable car les terrains appartenaient à la mine. Les coûts de construction d’un télébenne étaient minimes. Il n’y avait pas de lieux d’habitations en dessous de la verse pouvant être soumis à un danger.
En 1944, la zone de “les Combes du Villaret” est alors totalement boisée. Un chantier de déboisage commence en 1948 comme en témoigne une photo aérienne prise à cette époque montrant les coupes en bandes parallèles le long de la pente.
Sur une photo aérienne de 1952, on distingue nettement les stériles qui sont déversés mais aussi l’arrivée du télébenne ainsi que le bâtiment situé juste à coté.
En 1960, le razzier est abandonné remplacé par celui du Villaret. Des dépôts en forme de cône sont déposés le long du télébenne afin de protéger le village de “Le Villaret” de tout glissement de terrain.

(1) Le puits du Villaret
(2) Le télébenne de Versenat
(3) Voie ferré de transport du remblais

Informations pratiques

Fiche technique
Le razzier de Versenat
Village : Susville
Nom du lieu : Le Peycjagnard Versenat
Accessible : Oui
Type de minerai : Charbon
Type exploitation : Razzier
État galerie : Reboiser
Année d’exploitation :
Production :
Commentaires :
Coordonnées lat : 44.927592
Coordonnées lon : 5.767174
Numéro de dossier BSS :

Galerie photos

Accessibilité
handicap

Plan situation

Waypoints