La Motte les Bains le chateau les thermes

/ The baths the castel La Motte les Bains

Le chateau

Cette puissance bâtisse se trouve sur une motte constituée d’en petite arrête de calcaire (lias) et de poudingue vestige d’ancien glaciers.
Situé à 30km au sud de la ville de Grenoble à proximité des gorges du Drac, c’est le plus important monument de la région après de château de Vizille.
Du fond du moyen Âge (an 1000) à la révolution française de 1789, les grandes Familles du Dauphiné se sont succédées dans ce manoir. Les Dauphins, les Aynard, les De Morges et les Venterol.
Cette ancienne motte castrale a traversé les âges , grâce à son environnement et surtout par les sources d’eau chaude avec lesquelles son histoire est étroitement liée
Son appellation changea à plusieurs reprises aux cours des siècles; au Moyen-âge, il se nomme; Château de la Motte, à la renaissance; château de la Motte Verdeyère et au 19 siècle château de la Motte les Bains
Dans l ‘antiquité le vallon de la Motte était connu des romains, ils établirent une voie de communication qui descendait dans les gorges du Drac aux sources d’eau chaude au fond, ce chemin enjambait le Drac pour rejoindre Avignonet.
Ils aménagèrent prés du Drac le long des parois du canyon une petite station thermale équipée d’aqueducs et de piscine .
Aussi, ils exploitaient au lieu dit le Pérailler situé au pied de la Motte une mine de cuivre et d’or.
Cette Motte dominant l’accès aux gorges du Drac fut probablement investie à cette époque.
Plus tard en 1080 Saint Hugues évêque de Grenoble mentionne « la chapelle du château ».
A cette époque les fortifications se résumaient d’un donjon et d’une enceinte qui abritait une chapelle au Sud Ouest du bâtiment.
En l’an 1108 un Guigues est seigneur de la Motte.
Une légende parle d’Amaury seigneur de la Motte suite à l’appel de Philippe Auguste, il partit en croisade en 1190 avec Hugues de bourgogne Dauphin, rejoint par la plupart des seigneurs du Dauphiné.
On trouvait dans ces illustres familles, Pierre et son fils André Aleman, Les Aynard…
Beaucoup périrent lors du siège de Saint Jean d’Acre en Palestine.
Ce château de la Motte est devenu propriété de Guignes, le Jeune Dauphin de Bourgogne peut-être par l’application du droit de mainmorte,( pratique courante à cette époque) .
Guigues VII surnommé “Le Jeune”, il appartenait à la 2éme race des Dauphins issus de Bourgogne (mort en 1270).
Il possédait en 1261 le château de la Motte et la moitié de son mandement avec les seigneurs Aleman de Champs et les seigneurs de St Georges.
Dans les châtellenies visitées par les enquêteurs delphinaux (entre 1250 et 1270) le château de la Motte est aussi mentionné.
En 1286 Pierre Aynard cède le château de Savel en échange de celui de la Motte en hommage lige avec le Dauphin Humbert I et. Pierre Aynard fonda la branche de la Motte qui dura jusqu’à Gillette Aynard (+1360) .
Elle se marie en 1337 avec Guigues de Morges.
Un autre recensement ordonné par le Dauphin sur tous domaines et châteaux du Dauphiné en hommage lige à permis de retrouver dans un manuscrit de1339 une description précise de château de l’époque.

Les thermes

Les romains connaissaient les sources ocreuses dans les gorges du Drac , de Savel et de la Motte où notamment, ils construisirent deux petits aqueducs
L’ un apportait l’eau chaude des sources et l’autre prenait l’eau du Drac afin d’obtenir dans la piscine une température agréable.
Un premier mur de pierres, surélevé de deux tuyaux formés de tuiles creuses disposées l’une sur l’autre
Le second mur épais et solide était constitué de béton de chaux de gravier et de briques rouges.
Sur le haut, était façonnée une canalisation plus importante recouverte de grandes lauses schisteuses noires.
Cette antique station thermale possédait deux résurgences nommé plus tard, la Source de la Dame et la Source du puits.
De sources jaillissaient des eaux dont les températures respectives étaient de 62° et 58° Bromo- chlorurée dodique, elle était réputé efficace contre la scrofule.
Une vieille légende du 13 siècle raconte, un chevalier revenant de terre sainte, ayant été guéri par les eaux minérales , aurait fait édifier une chapelle fondée en l’honneur de la Vierge qui s’appelait Notre Dame de la Délivrance.
Une autre légende raconte l’origine de la source de la Dame.

LA MOTTE-LES-BAINS. (1)
Renseignements généraux.

L’établissement de la Motte se trouvant, à l’exception de l’hôtel du Bois, entièrement contenu dans le château, les malades doivent venir y chercher d’abord un logement à leur guise. Le prix de chaque chambre ou appartement est affiché à l’intérieur. — Il y a deux tables d’hotes de prix différents, à l0 h. du matin et à S h. 1/2 du soir ; à 10 h. 1/2 et à 6 h.; du reste on peut manger à la carte ou par tète.
Cercle. — Le cercle de la Motte-les-Bains comprend un salon et un cabinet de lecture ; l’entrée de ce cercle n’appartient qu’à ceux qui ont déclaré s’y abonner; néanmoins, il est ouvert aux visiteurs de passage, pourvu qu’ils y soient présentés par un abonné. Une tenue décente est de rigueur; on n’y fume pas; on y joue tous les jeux autorisés au cercle de Grenoble. Le prix de l’abonnement, pour toute la saison, est fixé par un tarif.
Prix Des Courses Aux Environs. — Courses à Anes : à la source d’eau minérale, à Saint-Martin, I fr. 25 c. ; — à Monteynard, au Mollard, 1 fr. 50 c.; — à la Motte-d’Aveillans, à la Charbonnière de la Majeuil, t fr. 75 c. ; — à Marcieu, à la Pierre-Percée, à la Charbonnière de la Montagne, au Monteynard, 2 fr. 25 c. ; — aux lacs de LafTrey, à la Mure, à la montagne de Seneppé, 2 fr. 75 c. ; — aux Mines de mercure, au Monètier-de-Clermont, passage du pont non compris, 3 fr. ; — 1 la Fontaine ardente, au Mont-Aiguille , 3 fr. 75 c.
Un char à bancs à 5 places coûte: pour la Mure, 10 fr.; pour la Mure et Laffrey, 15 fr.
L’établissement thermal de la MotteIes-Bains est situé à 620 mèt. d’alt., dans la vallée du ruisseau de Vaux, encaissée entre le Mont-Eynard (1713 mèt.) au N., le Mont-Seneppé (1756 mèt.) au S., et le Mont-Sagnereau à l’E. (1428 mèt.). Cette vallée a s’ouvre à l’O. sur le Drac, où le ruisseau de Vaux, grossi de celui d’Oula, se précipite par une magnifique cascade de 130 mèt. de hauteur. Les constructions de l’établissement s’élèvent au centre du bassin, sur un mamelon isolé. Elles donnent, à l’E., sur une terrasse d’où l’œil embrasse tout le bassin de la Motte: au S., elles s’appuient sur des jardins en terrasses et dominent une vaste prairie. Au N., la route de Grenoble les sépare d’un bois, qui descend jusqu’au ruisseau de Vaux. Ce bois, que n’a jamais percé un rayon de soleil, est sillonné de nombreux sentiers, où l’on est toujours sur de trouver un refuge contre les ardeurs de l’été. Au pied du monticule occupé par l’établissement des bains, s’élèvent l’hôtel du Boit, des écuries et remises et des dortoirs pour les indigents. »
Le château de la Motte avait été construit en partie au commencement du XIV s. En 1789, ce château, dévasté par le temps et par un violent incendie, n’était plus guère qu’une ruine; mais à partir de cette époque les eaux voisines (connues depuis longtemps dans le pays, depuis les Romains peut-être, si l’on en croit la tradition qui donne le nom de bains romains à quelques débris de constructions situés entre le château et les sources) commencèrent à acquérir une assez grande réputation. Aussi le propriétaire s’empressa-t-il de réparer le château pour y recevoir des malades, mais, faute d’argent, il abandonna son entreprise. En 1830, un riche Lyonnais, M. Subit, acheta le château et s’empressa d’en relever les ruines. Malheureusement les sources étaient trop éloignées.
Elles jaillissent, en effet, à 30 min. du château, à plus de 150 mèt. Au dessous de son niveau, sur les bords du Drac qui, sans les digues qui le contiennent, les recouvrirait dans ses grandes crues. Il fallait donc aller les chercher par des sentiers praticables seulement aux mulets; c’est à peine si l’on pouvait s’en procurer 8000 litres par jour, et encore, prises à la source à 62°, elles se refroidissaient jusqu’à 40° en route. En 1844 se constitua la Société actuellement propriétaire de l’établissement; le château fut alors entièrement remanié et approprié pour 300 baigneurs. L’eau, au lieu d’être parcimonieusement portée dans l’établissement par des mulets, fut amenée par 1900 mèt. de conduits au moyen d’une pompe foulante, que met en mouvement la cascade de 150 mèt. de hauteur qui domine les sources. La quantité d’eau fournie par les sources était de 1100 hectol. par jour. De nouveaux travaux, qu’on pourra compléter dans la suite, ont porté ce débit à plus de 4000 hect. Vu la trop grande longueur des conduits, les eaux n’arrivaient aux baignoires et aux douches qu’à la température insuffisante de 37°, mais elles se réchauffent à 60° en passant dans un serpentin posé dans un brasier.
Tel qu’il a été reconstruit en 1844, le château de la Motte « se compose aujourd’hui de 3 corps de logis flanqués de 4 pavillons et contenant 300 lits. Le bâtiment thermal proprement dit est placé en avant et au-dessous de la façade du château, qui regarde l’E. Il présente la forme d un hémicycle; il a 2 étages et une terrasse. Au centre se trouve le réservoir contenant 2500 hectol.; un autre réservoir de 600 hectol., creusé dans une cour, est destiné à l’eau minérale refroidie. Les cabinets de bains sont au nombre de 18 et contiennent 28 baignoires; l’étage inférieur possède 9 appareils à douche, un vaporarium, servant aussi de salle d’aspiration, un cabinet pour douches à vapeur, un cabinet de douches écossaises, un autre pour les douches ascendantes internes, un troisième pour les douches capillaires, un autre enfin pour l’administration des bains de vapeur en caisse. »
Les eaux de la Motte sont transparentes, inodores, d’un goût légèrement salé, d’une pesanteur spécifique de 1,01. Leur composition est presque la même que celle de l’eau de mer.
Elles sont employées avec un très grand succès pour la guérison des rhumatismes, des luxations et fractures, des caries, du mal de Pott ou fonte purulente des vertèbres, des scrofules sous toutes les formes, des inflammations chroniques du foie et de l’estomac, etc. Outre les bains et les douches, elles sont souvent administrées en boisson, à la dose de plusieurs verres, dans les maladies de langueur, des organes digestifs, les fleurs blanches, l’aménorrhée, etc.

ENVIRONS DE LA MOTTE.
Sources thermales.
30 min. de marche environ.
A l’extrémité inférieure de la prairie de l’établissement, on franchit le ruisseau de Très-Fort, avant d’atteindre le hameau de Pérailler. Le chemin, qui domine ensuite la rive g. du ruisseau de Vaux, arrive au bord d’un rocher, au pied duquel coulent avec fracas les eaux furieuses du Drac, que traverse un pont peu solide, menant au château d’Avignonnet. Rien de plus sauvage que ce défilé, où le torrent est encaissé entre des rochers à pic, ayant 300 à 400 mèt. d’élévation. On descend, par un sentier difficile, à l’embouchure du ruisseau de Vaux, et l’on se trouve alors en face de la cascade qui met en mouvement la pompe foulante; à quelques mètres plus loin est bâtie la petite maison dans le rez-de-chaussée de laquelle jaillit la source thermale du puits, dont fa température est de 58° et le débit de 1357 lit. en 24 h. En revenant à la cascade, et en traversant le ruisseau qu’elle forme sur un pont-aqueduc d’une construction récente, on trouve sur les bords du Drac une autre source d’une température de 61° 50, ce qui donne pour sa profondeur le chiffre de près de 2000 mèt.; son débit est par 24 h. de 4320 hectol .dont 2248 ont été captés. Cette source porte le nom de source de la Dame, en mémoire d’une chapelle que fonda, dit-on, en l’honneur de la Vierge, un chevalier revenu le premier de la terre sainte et guéri par les eaux minérales. Une troisième source, située à 50 mèt. au-dessous de la seconde, se fait jour dans le haut du torrent et y verse ses eaux. Son volume est de 1000 hectol. par 24 b.

The castle

This built power is found on a mound made up of a small ridge of limestone (lias) and pudding vestige of ancient glaciers.
Situated 30km south of the city of Grenoble near the gorges du Drac, it is the most important monument of the region after Vizille Castle.
From the end of the Middle Ages (an 1000) to the French revolution of 1789, the great Dauphiné Families succeeded one another in this manor house. Dolphins, Aynards, De Morges and Venterol.
This ancient clod of castrale has survived through the ages, thanks to its environment and above all to the hot springs with which its history is closely linked.
Its name changed several times over the centuries; in the Middle Ages, it was named Château de la Motte in the Renaissance; Château de la Motte Verdeyère and in the 19th century Château de la Motte les Bains.
In antiquity the valley of la Motte was known to the Romans, they established a road that went down in the gorges of the Drac to the hot springs at the bottom, this road crossed the Drac to reach Avignonet.
They built a small spa with aqueducts and swimming pool near the Drac along the canyon walls.
They also operated a copper and gold mine at the Pérailler site at the foot of the Motte River.
This Motte dominating the access to the gorges du Drac was probably invested at that time.
Later in 1080 Saint Hugues Bishop of Grenoble mentions “the chapel of the castle”.
At that time the fortifications consisted of a dungeon and an enclosure that housed a chapel to the southwest of the building.
In the year 1108 a Guigues is Lord of La Motte.
A legend tells of Amaury seigneur de la Motte following the appeal of Philippe Auguste, he went on a crusade in 1190 with Hugues de bourgogne Dauphin, joined by most of the lords of Dauphiné.
These illustrious families included Pierre and his son André Aleman, Les Aynard…
Many died during the siege of Saint John of Acre in Palestine.
This castle of La Motte became property of Guignes, the Young Dolphin of Burgundy perhaps by the application of the right of death, (common practice at that time).
Guigues VII nicknamed “Le Jeune”, it belonged to the 2nd breed of dolphins from Burgundy (death in 1270).
In 1261 he owned the Château de la Motte and half of his mandate with the lords Aleman de Champs and the lords of St Georges.
In the castles visited by the delphinals (between 1250 and 1270) the castle of La Motte is also mentioned.
In 1286 Pierre Aynard ceded the castle of Savel in exchange for that of La Motte in homage lige with the Dauphin Humbert I and. Pierre Aynard founded the branch of La Motte which lasted until Gillette Aynard (+1360).
She married Guigues de Morges in 1337.
Another census ordered by the Dauphin on all the estates and castles of the Dauphiné in homage to lige allowed to find in a manuscript of1339 a precise description of castle of the time.

THE BATH BALL. (1)
General information.

With the establishment of La Motte being located in the castle, with the exception of the Hôtel du Bois, which is entirely contained in the castle, the sick people must first come to get their own accommodation. The price of each room or apartment is displayed inside. There are two tables of hosts with different prices, at 10 a. m. and S h. 1/2 evening; 10:00 a. m. 1/2 and at 6 o’ clock; besides, you can eat à la carte or per head.
Circle. The Circle of La Motte-les-Bains includes a lounge and reading room; the entrance to this circle belongs only to those who have declared that they subscribe to it; nevertheless, it is open to visiting visitors, provided they are introduced by a subscriber. Decent dress is a must; you don’t smoke; you play all the games allowed in the Grenoble circle. The subscription price for the whole season is fixed by a tariff.
Surrounding Races Awards. Courses in Anes: at the spring of mineral water, at Saint-Martin, I fr. 25 c.; – at Monteynard, at Le Mollard, 1 fr. 50 c.La Motte-d’ Aveillans, la Charbonnière de la Majeuil, t fr. 75 c.; – Marcieu, la Pierre-Percée, la Charbonnière de la Montagne, le Monteynard, 2 fr. 25 c.; – at the lakes of LafTrey, at la Mure, at the mountain of Seneppé, 2 fr. 75 c.; – at the Mercury Mines, at Monètier-de-Clermont, not including the bridge crossing, 3 fr.; – 1 la Fontaine ardente, at Mont-Aiguille, 3 fr. 75 c.
A 5-seater bench tank costs: for the Mure, 10 francs; for the Mure and Laffrey, 15 francs.
La MotteIes-Bains thermal spa is located at 620 meters. in the Ruisseau de Vaux valley, between Mont-Eynard (1713 metres) to the N., Mont-Seneppé (1756 metres) to the S., and Mont-Sagnereau to the E. (1428 meters). This valley has opened up to the west. on the Drac, where the brook of Vaux, enlarged of that of Oula, rushes by a magnificent waterfall of 130 meters. of height. The buildings of the establishment rise in the centre of the basin, on an isolated nipple. At the E, they look out onto a terrace from which the eye overlooks the entire basin of La Motte: in the S, they rest on terraced gardens and dominate a vast meadow. To the N., the Grenoble road separates them from a forest, which goes down to the brook of Vaux. This wood, never pierced by a ray of sunshine, is criss-crossed by numerous paths, where one is always sure to find a refuge against the heat of summer. At the foot of the mound occupied by the bathhouse rise the Hotel du Boit, stables and sheds and dormitories for the needy.”
The castle of La Motte was built in part at the beginning of the 14th century. In 1789, this castle, devastated by time and a violent fire, was hardly any more than a ruin; but from that time onwards the nearby waters (known for a long time in the country, since the Romans perhaps, if one believes the tradition which gives the name of Roman baths to some debris of constructions situated between the castle and the springs) began to acquire a quite great reputation. The owner hastened to repair the castle to receive sick people, but for lack of money he abandoned his business. In 1830, a wealthy Lyonnais, Mr. Subit, bought the castle and hastened to raise its ruins. Unfortunately the sources were too far away.
They gush out at 30 minutes. of the castle, more than 150 meters away. Below its level, on the banks of the Drac which, without the dikes that contain it, would cover them in its great floods. They had to be fetched by paths that were only accessible to mules; it was barely 8000 litres a day, and still, taken at the source at 62°, they cooled down to 40° en route. In 1844 the company, which is now the owner of the establishment, was formed; the castle was completely renovated and adapted for 300 bathers. The water, instead of being parsimoniously carried in the establishment by mules, was brought by 1900 meters. of ducts by means of a pressure pump, which sets in motion the cascade of 150 meters. that dominates the springs. The amount of water supplied by the springs was 1100 hectol. per day. New work, which can be completed later on, has increased this flow to more than 4000 hectolitres. Due to the excessive length of the ducts, the water only reached the bathtubs and showers at a temperature of 37° Celsius, but it warms up to 60° by passing through a coil set in a blaze.
As it was rebuilt in 1844, the Château de la Motte “today consists of 3 houses flanked by 4 pavilions and containing 300 beds. The thermal building itself is placed in front of and below the castle facade, which faces the E. It has the shape of a hemicycle; it has 2 floors and a terrace. In the centre is the tank containing 2500 hectol.another 600 hectolitre tank, dug into a neck.

Thermal baths

The Romans knew the ochre springs in the gorges of Drac, Savel and Motte where they built two small aqueducts.
One brought hot spring water and the other took water from the Drac to get a pleasant temperature in the pool.
A first stone wall, raised with two pipes made up of hollow tiles placed one on top of the other.
The second thick, solid wall consisted of gravel lime concrete and red bricks.
On the top, a larger pipe was formed, covered with large black schistose lagoons.
This ancient spa used to have two resurgences named later, the Source of the Lady and the Source of the Well.
From springs springs sprang waters with respective temperatures of 62° and 58° Bromo- sodium chloride, it was considered effective against scrofule.
An old legend of the 13th century tells, a knight returning from the holy land, having been healed by mineral waters, would have had a chapel built in honour of the Virgin Mary, who was called Our Lady of Deliverance.
Another legend tells the origin of the source of the Lady’s spring.

AROUND THE MOUND.
Thermal springs.
30 min. walking about.
At the lower end of the meadow, one crosses the brook of Très-Fort, before reaching the hamlet of Pérailler. The path, which then overlooks the g. bank of the Ruisseau de Vaux, arrives at the edge of a rock, at the foot of which the furious waters of the Drac flow with crash, which crosses a weak bridge, leading to the Château d’ Avignonnet. There is nothing more savage than this parade, where the torrent is encased between steep rocks, 300 to 400 meters long. of elevation. One descends, by a difficult path, to the mouth of the brook of Vaux, and one is then in front of the cascade which sets in motion the treading pump; a few meters further on is built the small house in the ground floor from which springs the thermal spring of the well, whose temperature is 58° Fa and the flow of 1357 bed. in 24 hours. Returning to the waterfall, and crossing the brook that it forms on a recently built aqueduct bridge, we find another source on the banks of the Drac, with a temperature of 61°50, which gives the depth of nearly 2000 meters.Its flow rate is a 24-hour 4320 hectol. of which 2248 have been captured. This spring bears the name of the spring of the Lady, in memory of a chapel which was founded, it is said, in honour of the Virgin, a knight who came back first from the Holy Land and was healed by the mineral waters. A third spring, located at 50 meters. below the second, is made light in the top of the torrent and flows its waters. Its volume is 1000 hectol. per 24 b.

Reference bilbiographique / Bilbiographical reference

(1) http://books.google.com/books?id=hnMOAAAAQAAJ&dq=la%20motte%20les%20bains&hl=fr&pg=PA164#v=onepage&q=la%20motte%20les%20bains&f=false

http://books.google.com/books?id=yk1YAAAAMAAJ&dq=la%20motte%20les%20bains&hl=fr&pg=PR80#v=onepage&q=la%20motte%20les%20bains&f=false

http://books.google.com/books?id=vJ1aW0U32gYC&lpg=PA191&dq=la%20motte%20les%20bains&hl=fr&pg=PA191#v=onepage&q=la%20motte%20les%20bains&f=false

http://books.google.com/books?id=jWE_AAAAcAAJ&dq=la%20motte%20les%20bains&hl=fr&pg=PA374#v=onepage&q=la%20motte%20les%20bains&f=false

http://books.google.com/books?id=mv5WAAAAMAAJ&dq=la%20motte%20les%20bains&hl=fr&pg=PA52-IA18#v=onepage&q=la%20motte%20les%20bains&f=false


Vue de chateau/ View of the castel

Fiche technique / Datasheet
La Motte les Bains les thermes
Village / Village : La Motte les Bains
Nom du lieu / Name of place :
Accessible / Availability : Oui/Yes
Commentaires / Comments :
Coordonnées lat / Lat coordinates : 44.9499722
Coordonnées lon / Lon coordinates :  5.7141111